Les Stages du Programme Grande Ecole de HEM


Les stages occupent une place importante dans le Programme Grande Ecole de HEM. Ils permettent, tour à tour, la découverte de l’entreprise et des liens entre ses différentes composantes ainsi que l’acquisition progressive de responsabilités en liaison avec la spécialité choisie par l’étudiant.

Ainsi, chaque année de formation au sein de HEM comprend un stage dont la durée et la nature sont adaptées au programme. L’étudiant effectue au total, durant son cursus, 43 semaines de stage. Il a donc, à la sortie de l’école, l’équivalent d’une année d’expérience !

La nature de chaque stage est adaptée au programme de l’année.

  • 1ère année : Stage ouvrier (4 semaines) : Constituant le premier contact de l’étudiant avec l’entreprise, ce stage permet d’approcher le milieu de la production et de ressentir les contraintes matérielles et humaines y afférentes.
  • 2ème année : Stage d’immersion en langue anglaise (5 semaines) : Son objectif est de renforcer le niveau de langue de l’étudiant. Il se déroule, au choix, dans un pays anglophone ou au Maroc dans un institut spécialisé.
  • 3ème année : Stage d’information générale (6 semaines) : L’étudiant s’imprègne du fonctionnement global de tous les départements de l’entreprise pour pouvoir ensuite bien choisir sa spécialité.
  • 4ème année : Stage de spécialité I (12 semaines ) : L’étudiant réalise une mission dont le sujet correspond à la spécialité choisie.
  • 5ème année : Stage de spécialité II (16 semaines) : Il constitue un terrain d’application de la problématique du mémoire de fin d’études et correspond souvent à un stage de pré-embauche.

Ces stages se situent volontairement entre les deux semestres (au milieu de l’année universitaire) à l’exception de la 5ème année pour laquelle le stage est en fin d’année puisqu’il peut constituer un tremplin pour l’embauche (stage de pré-embauche).

En effet, cet emplacement permet à l’étudiant de développer interactivité et synergie entre formation théorique et expérience pratique. Mieux encore, cela permet un encadrement plus rapproché et une coordination plus appropriée entre l’institution et l’entreprise d’accueil.